Mentions légales      English | Français
ETT_TOUTSURLEPOH.jpg

Tout sur l'ePoH

La voile extrême stabilisée

Faciliter la pratique du skiff en retardant le chavirage

Stabilisation par patins. Avec l’ePoH on ose donc on progresse : place aux plaisirs et à une courbe de progression supérieure aux supports existants.

Les erreurs sont pardonnées : un défaut de barre, de réglage, une risée trop brusque, ou une manœuvre ratée ? À partir d'une certaine gîte, le bateau est assisté par ses patins stabilisateurs qui donnent à l'équipage le temps de réagir pour remettre le bateau à plat.

Patins amovibles, comparables aux roulettes d'un vélo : une fois les principes du skiff acquis, il sera possible de naviguer échelles nues pour donner au bateau encore plus de mordant. Patins spécialement profilés, ne perturbant ni la tenue de cap ni la vitesse du bateau.

 
 


Le plaisir sans les soucis

EpOh signifie « exponential pleasure and zero hassles », plaisirs exponentiels et zéro souci

Des sensations de voile extrême accessibles
Un dériveur inspiré des skiffs (qu'est ce qu'un skiff) australiens : puissance et légèreté, vous êtes sur un pur sang. La moindre risée fait accélérer l'ePoH, le bateau déjauge facilement, planant même au près par temps de brise. Des navigations aériennes : avec la grande largeur des échelles vous êtes en vol libre au dessus du plan d'eau. 5 positions évoluant progressivement vers le double trapèze.

Maniabilité et finesse à la barre
Finesse et légèreté pour le plaisir de barrer un bateau réactif, que vous placerez où vous voudrez et engagerez vos manœuvres sur un faible rayon.

Un bateau sécurisant et confortable
Cockpit profond et protecteur. Fini les navigations accroupies dans la pétole, ou les journées ventées trop mouillées : le cockpit de l'ePoH offre une grande ergonomie et protège des paquets de mer.

Un bateau marin
Étrave fine pour pénétrer la vague et un déflecteur qui évite l'enfournement. Équilibrage et comportement sain permettant de lâcher la barre au besoin. Patins permettant de resaler : en cas de « chapeau », les patins coulent sous le poids de l'équipage qui resalera le bateau de manière classique.

 

 

Les plus de l'ePoH

Un cockpit logique et ergonomique. Bôme haute et puits de dérive rabaissé pour faciliter la circulation. Formes évitant de se cogner. Dérive et safran pivotants pour prévenir de la casse en cas de talonnage. Cockpit auto-videur. Roof permettant d'abriter ses objets.

Un plan de pont simple et efficace. Un minimum de bouts qui traînent pour un maximum de plaisir. Foc autovireur pour simplifier les empannages sous spi et permettre d'embarquer facilement un débutant. Avaleur de spi pour sécuriser les envois et affalages.

Le biomimétisme, ou des formes de voiles et d'appendices inspirées de la nature.

Un gréement et une GV souples dans les hauts qui s'adaptent dynamiquement aux risées, à l'image des planches à voiles.

Facilités de rangement et de gréage à terre : échelles escamotables pour minimiser l'espace de stockage et démontage simplifié pour mettre rapidement l'ePoh sur sa remorque et tailler la route.

 


Qu'est-ce qu'un skiff ?

Des bateaux extrêmes
Le terme skiff désigne la famille des dériveurs extrêmes. Originaires d'Australie, et plus généralement actifs dans le monde anglo-saxon, ces dériveurs sont pour la plupart équipés d'échelles de rappel permettant d'augmenter la puissance. Ces bateaux portent des surfaces de voile très grandes, présentent des carènes tendues et généralement très légères, leur donnant une dimension très spectaculaire.

Des bateaux très techniques
Le prix à payer pour la vitesse offerte est une très faible tolérance au dessalage et à l'enfournement : un excès de gîte et l'échelle plante dans l'eau ; se soldant souvent par un dessalage. Les surfs sont très engagés à cause du faible franc bord partagé par la majorité des skiffs. Une dévente peut aussi mener à un dessalage sous le vent : appelé sachet de thé.

Un apprentissage long
Réservé aux connaisseurs et acrobates, les premières navigations se soldent souvent par plus de temps passé dans l'eau que sur le bateau à naviguer.

Une ergonomie éprouvante
Imposant une attention permanente et dépourvus de cockpits profonds ces bateaux sont physiquement éprouvants.

Alors comment rendre cette pratique plus accessible ?
C'est peut-être à cause de ces dures exigences que le skiff s'est jusqu'à aujourd'hui peu développé en France. Néanmoins les sensations en navigation n'ont aucun équivoque, alors comment y parvenir plus facilement ?
L'ePoH a été développé dans le but de combler ce qui n'existait pas encore (l'histoire de l’ePoH): proposer aux voileux de niveaux modérés à avancés une passerelle vers ce monde exaltant du skiff.